Présentation du réseau d'Elsau

La centrale de production d'énergie thermique et électrique

La centrale thermique de Strasbourg Energie est alimentée en chaleur par l’usine d’incinération située au Port du Rhin depuis le 1 Janvier 2014 et en gaz naturel à partir du réseau de distribution de Réseau GDS, mais également en fioul domestique pour l'appoint et le secours.

La production d'eau surchauffée est réalisée à deux niveaux :

La chaufferie

Au niveau de la chaufferie, des détendeurs abaissent la pression du gaz naturel à 300 millibars avant distribution vers les chaudières. La chaufferie est constituée de 2 chaudières de type ALSTOM POWER à eau surchauffée d'une puissance unitaire de 17 MW. Elles sont chacune équipées de brûleurs SAACKE modulant mixtes gaz naturel/fioul domestique (en secours).

Les chaudières fonctionnent généralement en appoint ou en substitution de la chaleur livrée par l’usine d’incinération. Elles produisent de l’eau surchauffée à 180°C.

La cogénération

La centrale dispose toujours d’une cogénération composée d'une turbine gaz SOLAR de type MARS 100, d'une puissance totale de 10,6 MW électriques et 15 MW thermiques. Couplée à la chambre de poste combustion, la puissance thermique atteinte est de 30 MW. Celle-ci est actuellement arrêtée suite à la fin du contrat d’obligation d’achat d’électricité intervenue fin 2012.

La puissance thermique totale disponible pour l'ensemble de la centrale est de 64 MW (+ 40MW par l'interconnexion).

Cet équipement de pointe fonctionne en priorité du 1er novembre au 31 mars. La valorisation de l'énergie thermique issue de la combustion se fait par une chaudière de récupération, couplée à la turbine, qui récupère l'énergie des gaz de combustion pour produire de l'eau surchauffée à 180°C à 14 bars.

Interconnexion avec l'usine d'incinération d'ordures ménagères de Strasbourg

Depuis le 9 janvier 2014, Strasbourg Energie est interconnectée avec l'usine d'incinération d'ordures ménagères de Strasbourg. La puissance maximale disponible est de 7 MW.

Cette énergie est utilisée en priorité pour répondre aux besoins du réseau de chaleur.

Le réseau de distribution

Le réseau de distribution se décompose entre un réseau haute pression, d'une longueur d'environ 8,3 km, et un réseau basse pression, d'une longueur de plus de 9,8 km.

L'eau surchauffée qui circule dans le réseau primaire est distribuée à travers 4 branches principales. Le réseau est réalisé en tubes acier double enveloppe avec mise au vide ou en caniveau étanche.

Avant d'entrer dans les bâtiments pour couvrir les besoins en chauffage et en eau chaude sanitaire, l'eau surchauffée est transformée en eau chaude basse température au niveau des 27 sous-stations primaires d'échange (plus l'interconnexion avec le réseau de l'Esplanade), via leur système d'échangeur, puis régulée en température en fonction des besoins des clients.

Parallèlement, le réseau de Strasbourg Energie est interconnecté à celui de l'Esplanade, au travers d'une sous-station d'interconnexion, qui peut éventuellement apporter un soutien de 40 MW thermiques au réseau.

Les sous-stations d'échange et points de livraison

Une sous-station peut, soit directement jouer le rôle d'une chaufferie centrale d'immeuble (sous-station et point de livraison sont donc confondus), soit desservir plusieurs bâtiments qui constitueront autant de points de livraison de l'énergie calorifique. Elle est constituée d'un ou de plusieurs échangeurs de chaleur ainsi que des organes de régulation pour adapter la fourniture de chaleur aux besoins calorifiques des abonnés.

Concrètement une sous-station permet un échange thermique et assure une séparation hydraulique entre le fluide dit "primaire" qui circule dans la centrale de production et le réseau primaire et le fluide dit "secondaire" qui circule par exemple dans les radiateurs et les ballons d'eau chaude des différents abonnés. L'eau constitue donc l'unique fluide entrant et sortant d'une sous-station.

Ainsi, elle remplace avantageusement une chaufferie gaz ou fioul d'un immeuble ou d'un groupe d'immeuble en étant plus simple, moins encombrante et surtout non polluante. La sous-station sécurise car il n'existe aucun risque d'explosion ou d'incendie.